ubcic
ubcic
ubcic
ubcic
UBCIC
search
ubcic
Home
About UBCIC
Resolutions
News
2013
2012
2011
2010
2009
Events
Research
Resource Centre
Resources
Policy and Legislation
Wild Salmon Alliance
9
ubcic

10
1
YouTube
     
Send Subscribe Print

 

 

Implementation of UN Declaration on the Rights of Indigenous Peoples urgently needed
Joint Statement - September 13, 2010


Indigenous peoples and civil society organizations are urging the Government of Canada to move ahead with the overdue implementation of the United Nations Declaration on the Rights of Indigenous Peoples.

It’s been three years since the Declaration was adopted by the UN General Assembly on September 13, 2007 and six months since the federal government promised in the Speech from the Throne to “take steps” toward endorsing the Declaration.

“The Declaration was adopted by the United Nations as ‘minimum standards for the survival, dignity and well-being’ of Indigenous peoples,” Grand Chief Edward John, incoming North American Indigenous representative to the UN Permanent Forum on Indigenous Issues, said today. “A commitment to live up to the minimum standards established by the international community is vital for the reconciliation of Indigenous and non-Indigenous peoples in Canada and for the promotion of human rights world-wide.”

International human rights declarations are intended to guide governments, courts and other institutions in ensuring that human rights are recognized, protected and fulfilled. UN declarations are considered applicable to all states from the time of their adoption.

To be meaningful, Canada’s promised endorsement needs to be accompanied by a clear commitment to work with Indigenous peoples to ensure that the Declaration is actually implemented. Such an approach would respect the House of Commons’ Motion on April 8, 2008, calling for the full implementation of the Declaration.

When the Declaration was adopted by the UN General Assembly, Canada was one of only four states to vote against it. Australia and New Zealand have since reversed their opposition to the Declaration while the US has been working with Indigenous peoples to review its position.

In the Speech from the Throne, the Canadian government said it would give only “qualified” support to the Declaration “consistent” with Canadian laws.

Ellen Gabriel, President of Quebec Native Women said “It’s shocking that Canada would even suggest limiting its commitment to the rights of Indigenous peoples to the terms of outdated and colonialist laws like the Indian Act.”

International human rights standards are intended to guide state laws and policies and cannot be constrained to reflect each state’s domestic context, regardless of injustices. Such a position is contrary to principles of international law. Canada has never before attempted to diminish any international human rights instrument in this way.

“Canada’s approach to the UN Declaration needs to reflect the urgency of closing the human rights gap between Indigenous and non-Indigenous people in Canada,” says Alex Neve, Secretary General of Amnesty International Canada. “UN human rights bodies have repeatedly expressed concern over issues such as the widespread impoverishment of Indigenous communities, unequal access to government services like clean drinking water, the excessive numbers of Indigenous youth being put into state care and the shockingly high rates of violence faced by Indigenous women and girls. The Declaration is a unique and much needed tool for addressing the root causes of these human rights violations.”

Critical actions needed to live up to the standards affirmed by the UN Declaration include:

· Making the recognition and protection of Indigenous peoples’ collective rights to lands and resources an explicit objective of federal policies.
· Institutionalizing decision-making processes consistent with the Constitutional duty of Aboriginal consultation, accommodation, and consent, as affirmed by the Supreme Court of Canada.
· Eliminating discrimination in the provision of government services to Indigenous people and communities.
· Establishing a comprehensive national plan of action to address the disappearance and murder of Indigenous women and girls in Canada and ensure that they enjoy the full protection of the law.

“The UN Declaration is especially useful in interpreting the historic and contemporary Treaties,” says Grand Chief Matthew Coon Come, Grand Council of the Crees (Eeyou Istchee). “Indigenous peoples’ Treaties, including land claims agreements, embrace a diverse range of human rights. The Declaration can help ensure that these rights are fully implemented for present and future generations.”

“Indigenous peoples’ organizations have made it very clear that the Declaration requires nothing less than the full and unqualified support of all states,” said Merrill Stewart, Canadian Friends Service Committee (Quakers) Clerk. “It would be better that Canada remain silent than make a statement that is misleading or attempts to downplay or diminish the rights recognized in international law.”

The UN system, states and Indigenous peoples have worked in partnership in all regions of the world to advance the Declaration. The Declaration is being used by UN treaty bodies to interpret Indigenous peoples’ rights and related state obligations under international treaties. Similar use of the Declaration is being made by UN specialized agencies and the Human Rights Council’s special rapporteurs and independent experts. The Declaration is also being relied upon by domestic and regional courts, as well as other bodies within regional human rights systems.

The Declaration is “a standard of achievement to be pursued in a spirit of partnership and mutual respect”. An unqualified statement of support for the UN Declaration is a necessary first step toward such a partnership. “The UN Declaration provides an historical opportunity to forge a new relationship between Indigenous and non-Indigenous peoples based on unequivocal commitment to human rights and justice,” said Mary Simon, Inuit Tapiriit Kanatami President. “As a society we can’t afford to miss this opportunity.”

Background

The UN Special Rapporteur on the situation of human rights and fundamental freedoms of indigenous people, James Anaya has said that the Declaration

represents an authoritative common understanding, at the global level, of the minimum content of the rights of indigenous peoples, upon a foundation of various sources of international human rights law….

[T]he Declaration reflects and builds upon human rights norms of general applicability, as interpreted and applied by United Nations and regional treaty bodies….

The standards affirmed in the Declaration share an essentially remedial character, seeking to redress the systemic obstacles and discrimination that indigenous peoples have faced in their enjoyment of basic human rights. From this perspective, the standards of the Declaration connect to existing State obligations under other human rights instruments.

Amnesty International Canada
Amnistie internationale Canada francophone
Canadian Friends Service Committee (Quakers)
Chiefs of Ontario
Ermineskin Cree Nation
First Nations Summit
Grand Council of the Crees (Eeyou Istchee)
Indigenous World Association
Innu Council of Nitassinan
International Organization of Indigenous Resource Development
Inuit Circumpolar Council (Canada)
Inuit Tapiriit Kanatami
KAIROS: Canadian Ecumenical Justice Initiatives
Louis Bull Cree Nation
Montana Cree Nation
Samson Cree Nation
Quebec Native Women / Femmes autochtones du Québec
Union of B.C. Indian Chiefs


13 septembre 2010

Il est urgent de mettre en œuvre la Déclaration de l’ONU sur les droits des peuples autochtones


Les peuples autochtones et des organisations de la société civile pressent le Gouvernement du Canada de procéder enfin à la mise en œuvre de la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones.

Il y a maintenant trois ans que la Déclaration a été adoptée par l’Assemblée générale de l’ONU, le 13 septembre 2007, et six mois que le gouvernement fédéral a promis, dans le Discours du Trône, de « prendre des mesures » pour appuyer la Déclaration.

« La Déclaration adoptée par les Nations Unies représente ‘les normes minimales nécessaires à la survie, à la dignité et au bien-être des peuples autochtones’ », a déclaré aujourd’hui le Grand Chef Edward John, nouveau représentant des autochtones d’Amérique du Nord à l’Instance permanente de l’ONU sur les questions autochtones. « Un engagement à respecter les normes minimales fixées par la communauté internationale est essentiel à la réconciliation entre les peuples autochtones et non autochtones au Canada et à la promotion des droits humains partout à travers le monde. »

Les déclarations internationales ont pour but de guider les gouvernements, les tribunaux et d’autres institutions afin que les droits humains soient reconnus, protégés et mise en œuvre. On estime que les déclarations de l’ONU peuvent s’appliquer à tous les États dès qu’elles ont été adoptées.

Pour prendre tout son sens, l’appui promis par le Canada doit s’accompagner d’un engagement formel à travailler avec les peuples autochtones pour veiller à ce que la Déclaration soit effectivement mise en œuvre. Une telle approche respecterait la motion adoptée par la Chambre des communes, le 8 avril 2008, sur la pleine application de la Déclaration.

Lorsque la Déclaration fut adoptée par l’Assemblée générale de l’ONU, le Canada fut l’un des quatre seuls États à voter contre le texte. L’Australie et la Nouvelle-Zélande ont depuis renoncé à leur opposition tandis que les États-Unis travaillent avec les peuples autochtones à reconsidérer leur position.

Dans le Discours du Trône, le gouvernement canadien parlait de « reconnaissance conditionnelle » de la Déclaration « dans le respect intégral » des lois du Canada.

Pour Ellen Gabriel, présidente des Femmes autochtones du Québec, « il est consternant que le Canada envisage de limiter son engagement envers les droits des peuples autochtones à la teneur de lois aussi dépassées et colonialistes que la Loi sur les Indiens ».

Les normes internationales relatives aux droits humains veulent orienter les lois et les politiques des États et ne sauraient être comprimées pour se mouler dans le contexte de chaque pays sans tenir compte des injustices. Une telle position viole les principes du droit international. Le Canada n’a jamais tenté jusqu’ici de restreindre ainsi la portée d’un instrument international portant sur les droits humains.

« La façon dont le Canada aborde la Déclaration de l’ONU doit refléter l’urgence de combler le fossé en matière de droits humains entre les populations autochtones et non autochtones au Canada », déclare Alex Neve, secrétaire général d’Amnistie internationale Canada. « Les mécanismes de protection des droits humains des Nations Unies ont à maintes reprises exprimé leur inquiétude face à des problèmes comme l’appauvrissement généralisé des communautés autochtones, l’accès inégal à des services gouvernementaux tels que l’eau potable, le nombre excessif de jeunes autochtone confiés à la garde de l’État et le niveau inacceptable de violence que subissent les femmes autochtones. La Déclaration est un outil unique et indispensable pour s’attaquer aux causes profondes de ces violations des droits humains. »

Pour se conformer aux normes proclamées par la Déclaration de l’ONU, il faut notamment:

· Faire en sorte que la reconnaissance et la protection des droits collectifs des peuples autochtones sur les territoires et les ressources deviennent un objectif explicite des politiques fédérales.
· Institutionnaliser des processus de prise de décision qui respectent le devoir constitutionnel, reconnu par le Cour suprême du Canada, de consulter les autochtones et de trouver avec eux un accommodement et une entente.
· Éliminer la discrimination dans la prestation des services gouvernementaux aux personnes et aux communautés autochtones.
· Adopter un plan d’action intégré d’envergure nationale pour s’attaquer à la disparition et à l’assassinat de femmes autochtones au Canada et faire en sorte qu’elles bénéficient de la pleine protection de la loi.

« La Déclaration de l’ONU est particulièrement utile pour interpréter les traités historiques et les traités contemporains », dit le Grand Chef Matthew Coon Come du Grand Conseil des Cris. « Les traités signés avec les peuples autochtones, notamment les accords sur les revendications territoriales, mettent en jeu divers droits humains. La Déclaration peut aider à s'assurer que ces droites sont entièrement mises en application pour les générations présentes et futures. »

« Les organisations des peuples autochtones ont dit clairement que la Déclaration n’exige rien de moins que l’appui complet et sans réserves de tous les États », rappelle Merrill Stewart, secrétaire du Secours quaker canadien. « Le Canada ferait mieux de se taire plutôt que de faire une déclaration trompeuse ou de chercher à minorer ou à étriquer les droits reconnus par le droit international. »

Le système de l’ONU, les États et les peuples autochtones ont collaboré dans les différentes régions du monde pour avancer la Déclaration. Elle sert aujourd’hui aux organismes de l’ONU chargés du suivi des traités à interpréter les droits des peuples autochtones et les obligations correspondantes des États en vertu des traités internationaux. Même chose pour les institutions spécialisées de l’ONU et pour les rapporteurs spéciaux et les experts indépendants du Conseil des droits de l’homme. La Déclaration est également invoquée par les tribunaux nationaux et régionaux ainsi que par les systèmes régionaux de protection des droits humains.

La Déclaration représente « un idéal à atteindre dans un esprit de partenariat et de respect mutuel. » Une déclaration d’appui sans réserves à la Déclaration de l’ONU représente le premier pas indispensable vers un tel partenariat. « La Déclaration de l’ONU nous offre une occasion historique de nouer de nouvelles relations entre les peuples autochtones et non autochtones, sur la base d’un engagement sans équivoque envers les droits humains et la justice », affirme Mary Simon, présidente de l’Inuit Tapiriit Kanatami. « Comme société, nous ne pouvons nous permettre de rater cette occasion. »

Le contexte

James Anaya, Rapporteur spécial de l’ONU sur la situation des droits de l’homme et des libertés fondamentales des populations autochtones, a dit au sujet de la Déclaration:

La Déclaration … traduit une perception commune autorisée, au niveau mondial, du contenu minimum des droits des peuples autochtones, fondée sur diverses sources tirées du droit international relatif aux droits de l’homme …

[La]Déclaration reflète et développe des normes en matière de droits de l’homme d’application générale, telles qu’elles sont interprétées et appliquées par les organes conventionnels des Nations Unies et les organes conventionnels régionaux …

Les normes énoncées dans la Déclaration tendent essentiellement à remédier aux obstacles et discriminations structurels auxquels ces peuples se sont heurtés dans l’exercice de leurs droits fondamentaux. Dans ce sens, elles sont rattachées aux obligations incombant aux États en vertu d’autres instruments relatifs aux droits de l’homme.

Amnesty International Canada
Amnistie internationale Canada francophone
Canadian Friends Service Committee / Secours quaker canadien
Chiefs of Ontario
Conseil Innu de Nitassinan
Ermineskin Cree Nation
First Nations Summit / Sommet des premières nations
Grand Conseil des Cris (Eeyou Istchee)
Indigenous World Association
International Organization of Indigenous Resource Development
Inuit Circumpolar Council (Canada)
Inuit Tapiriit Kanatami
KAIROS – Initiatives œcuméniques canadiennes pour la justice
Louis Bull Cree Nation
Montana Cree Nation
Samson Cree Nation
Quebec Native Women / Femmes autochtones du Québec
Union of B.C. Indian Chiefs


UBCIC is a NGO in Special Consultative Status with the Economic and Social Council of the United Nations.

 

 

 

 

ubcic

 

ubcic

contact us | terms of use

Vancouver Office:
500 - 342 Water Street
Vancouver, BC, V6B-1B6, CANADA
Ph: 604.684.0231, Fx: 604.684.5726
Kamloops Office:
209 - 345 Chief Alex Thomas Way
Kamloops, BC, V2H-1H1, CANADA
Ph: 250.828.9746, Fx: 250.828.0319

Site by Brad Hornick Communications